Montserrat

DSCN8147

Montserrat est une petite île proche de la Guadeloupe mais, récemment frappée par une série d’éruptions volcaniques destructrices, c’est vraiment un autre monde…

Désertée par plus de la moitié de ses habitants, coupée en deux : une partie défendue et une autre où se concentre les derniers habitants, sous transfusion britannique et tentée, pour se reconstruire, de suivre le modèle de sa luxueuse voisine Saint-Barthélémy et de devenir une escale pour richissimes.

Après avoir frôlé en bateau l’ancienne capitale, Plymouth, comme une nouvelle Pompéï, à moitié enfouie sous les cendres justes refroidies de la dernière coulée de lave, nous avons débarqué dans une ville nouvelle à peine ébauchée, sans centre ni âme. Nous ne comprenons pas vraiment où nous diriger alors, sans carte ni indications et encore remués par la vision apocalyptique de la ville ensevelie. Nous faisons les papiers et c’est déjà la nuit… Alors on se console autour d’un verre étrangement bleu avec nos meilleurs copains les pandas: le bar est tout neuf et donne sur la mer, c’est sympa, mais ça fait un peu carton-pâte, ya pas franchement de vie! Les quelques habitants rencontrés sont aimables, et l’on devine que la vie ici est faite d’un calme suspendu, d’une discrétion rare.

Nous sommes restés à peine deux jours, juste le temps de se rapprocher de la zone dite d’exclusion. Rien n’est vraiment fait pour accueillir les visiteurs qui se font d’ailleurs rares. Pourtant, on devine de grandes plages très tentantes et une nature aussi généreuses que sur les îles précédentes. Mais la belle est plutôt réservée, pour ne pas dire inaccessible : pas ou peu de transports, de commerces, de bar ou restau, de chemins à parcourir, d’informations tout simplement… Il faut donc pour la découvrir déployer un surplus d’énergie et de temps qui nous manquent malheureusement… Une visite au centre d’étude du volcan, une plongée très fructueuse plus tard, nous voilà déjà repartis en direction de Saint-Martin.

Mouillage gratuit à Little Bay, mais assez loin du ponton pour laisser les gros bateaux manœuvrer, plutôt profond et venteux. Mais on trouve derrière une belle plage déserte accessible en annexe avec moteur et des fonds très jolis. Ce n’est pas non plus très facile de s’avitailler.

Dernière image: pêche de la plus grosse langouste du voyage, chef d’œuvre du redoutable Nicolas…

DSCN8112DSCN8110DSCN8124DSCN8141DSCN8186

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s