Mindelo

Arrivée le 31 décembre 2014 au port de Mindelo en début de matinée. Malgré sa taille et ses formes imposantes, notre Tortuga réussit à se garer sans trop de peine dans une place à sa taille, et surtout à côté de son ami le bateau Pandas-Pirates. On fait signe à plusieurs têtes connues qui se distinguent dans des cockpits au mouillage, d’autres au ponton, avec cet agréable et étrange sentiment de faire partie d’une petite communauté flottante, élastique et mouvante que l’on retrouve à différents endroits.

Allons palper l’atmosphère de cette ville mythique. Ca nous évoque avec clichés Césaria Evora, d’autres sons à la fois mélancoliques et entêtants et enfin la rumeur d’un port incontournable pour nombre de marins. Allons palper ce qui se trame en ce jour surtout. Comment prépare t-on un nouvel an à Mindelo? On découvre le marché de fruits et légumes qui touche à sa fin, des mini-bus qui alpaguent à qui va là pour aller à Sao Pedro, Calhau… Des régimes de bananes vertes côtoient du poisson, du fromage, des papayes mais surtout ces ports altiers des Cap Verdiennes qui déambulent imperturbables au milieu de ce bal qui s’éteint en fracas.

On découvre la rue principale dans laquelle se hisse disproportionnée une gigantesque scène entourée de barrières. La rue semble bien nue face à cet échafaudage qui laisse présager une forte soirée.

Après victuailles et ravitaillement au ponton on sort se mêler à une foule qui envahit le bord de mer, juste en face du port; tentant bien que mal de rester grouper à 11 au milieu de ce flux de personnes apprêtées. Familles avec enfants, bandes de jeunes, personnes âgées: tout le monde est sur son trente et un. Ce mélange inter-générationnel piétine euphorique et impatient, les yeux rivés vers le ciel. A minuit c’est le coup d’envoi du feu d’artifice tant attendu, projeté depuis un cargo au port; on a l’impression qu’il surgit de la mer. Mer où s’est déjà rué un groupe d’une cinquantaine de personnes pour commencer l’année par une baignade illuminée. Notre voisin inconnu fait péter sa bouteille de champagne qu’il partage avec nous, et avec son enfant de 4 ou 5 ans à peine qui n’a pas vraiment l’air d’apprécier!

La suite de la soirée se déroule dans la rue principale qui s’est emplie de la même foule innombrable. On danse jusqu’à tard dans la nuit, jusqu’au petit matin pour d’autres devant ces têtes d’affiches qu’on ne connaît pas mais qu’il faut acclamer. Tout le monde semble attendre ce dernier groupe brésilien:… ? Comment s’appelle t-il déjà? On souhaite de «Boas Festas» (Bonnes fêtes) à n’en plus pouvoir, à tous ces inconnus qui nous entourent, avec qui on échange checks, embrassades et danses. Et toute cette foule ne s’arrête incroyablement pas de danser, de se mouvoir au son d’un même rythme carnavalesque. Si c’est Ca le nouvel an, à quoi ressemble les fêtes du carnaval alors? La nuit s’étire et se transformera en aube pour certains. Le lendemain après-midi, la ville vit au ralenti; quelques oiseaux de nuit déambulent encore, anachroniques. Il fait bon faire la fête à Mindelo.

Infos pratiques – Mindelo
Port de Porto Grande: Nous nous sommes mis au ponton une nuit pour laquelle nous avons payé environ 25euros avec une centaine de litres d’eau.
Marina datant de 3 ou 4 ans, toute neuve avec sanitaires électricité et eau payante (prix: on se souvient plus trop mais pas cher).
Possibilité de venir faire uniquement son plein d’eau et d’essence à la pompe.

Mouillage: mouillage très agréable et peu rouleur, et proche du bord. Par contre souvent de bonnes rafales qui rendent les trajets en annexes…humides, et impossible sans moteur hors bord. Possibilité de laisser son annexe en toute tranquillité au bar de la marina. Beaucoup de bateaux mais cela a tendance à bien tourner.

Formalités administratives: Comme à Sal il faut aller se déclarer à la Police maritime où on doit s’acquitter d’une taxe de 700 escudos (environ 7 euros) au départ. Leurs bureaux se trouvent au port de commerce et ne sont ouverts qu’en semaine. Ils gardent les papiers du bateau jusqu’à notre départ. Passeports à faire tamponner dans un autre bureau, celui de l’Immigration au départ du Cap Vert.

DSCN6732

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s